Le Yorkshire des Brontë

Le presbytère de Haworth (photo Wikipedia)
L’ancienne école de Cowan Bridge (ph. Wikipedia), où Maria, Elizabeth, Charlotte et Emily furent élèves en 1824-1825. Les deux soeurs aînées, en partie à cause de la dureté des traitements infligés à l’école, moururent de tuberculose(1) le 6 mai et 15 juin 1825, peu de temps après leur retour à Haworth. Dans Jane Eyre, c’est devenu l’école Lowood.

Écrire peut sauver la vie et trois jeunes femmes en sont la preuve : Emily, Charlotte et Anne Brontë. Trop tôt orphelines de mère et ayant perdu deux autres sœurs, vivant avec leur frère Branwell et leur père dans le presbytère de Haworth dont elles avaient du mal à sortir (2), peu reliées à d’autres familles, elles se sont construites à partir de dix ans des mondes imaginaires robustes dans des livres minuscules qu’elles cachaient aux adultes, jusqu’à créer quelques années plus tard des romans devenus des classiques de la littérature anglaise, avec pratiquement pour seuls premiers publics et relectrices elles-mêmes, et dont le cadre s’inspire toujours de lieux proches de Haworth. Quelles autres œuvres auraient-elles laissées si elles avaient vécu plus longtemps !

L’école de Roe Head à Mirfield, où Charlotte entre comme élève en 1831 avant d’y revenir comme enseignante en 1835 (photo Wikipedia). Elle y est bien sûr beaucoup plus heureuse qu’à Cowan Bridge et y fait connaissance de ses deux meilleures amies, Ellen Nussey et Mary Taylor.
Red House, la maison des Taylor à Gomersal. C’était un musée jusqu’en décembre 2016 (ph. Wikipedia).

Bien sûr, quand on pense à elles, on pense davantage aux paysages de landes (les « moors ») battues par les vents et les pluies qu’aux belles bâtisses (qui, pour ce qui les concerne, étaient celles de leurs amis ou des endroits où elles ont étudiés ou travaillé comme enseignantes ou gouvernantes) présentées sur cette page.
Ces landes, c’était ce sur quoi donne le dos du presbytère de Haworth, les trois autres donnant sur le cimetière. Les trois sœurs s’échappent souvent dans cette direction, de préférence à la rue principale du village où, en tant que filles du pasteur, elles sont sensées « faire de la représentation », ce qui ne les attire guère.
Aux relations sociales, elles (surtout Emily) préfèrent les landes, le dessin (qu’elles apprennent tôt) et leur monde intérieur : la lecture, les livres, journaux et revues étant présents partout dans la maison. Branwell, leur frère, recherche un peu plus la compagnie des autres.

Ponden Kirk (ph. Wikimedia), à l’ouest de Stanbury, était un lieu apprécié par Emily, qu’elle transforme en Penistone Crags dans Les Hauts de Hurlevent.
Ponden Hall près de Stanbury, la propriété des Heaton qui a en partie inspiré Thrushcross Grange dans Les hauts de Hurlevent (source https://en.wikipedia.org/wiki/Ponden_Hall#/media/File:Ponden_Hall.jpg)
Oakwell Hall à Birstall au sud-est de Haworth, devenu le domaine de Fieldhead, la demeure de l’héroïne dans Shirley, de Charlotte Brontë (ph. Wikipedia)
Healds Hall à Liversedge, alors propriété du pasteur Hammond Roberson, un ami de Patrick Brontë, qui inspirera le personnage de Parson Helstone dans Shirley (ph. Humphrey Bolton, Wikimedia). À ne pas confondre avec Heald’s House à Dewsbury, où emménagea l’école de Miss Whooler après Roe Head, et où Charlotte continua d’enseigner quelque temps. Pour découvrir le Yorkshire de Shirley, téléchargez ce document.
La George Inn à Hathersage (devenu Morton dans Jane Eyre), où Charlotte a séjourné. À la fin des années 1830, ses propriétaires étaient la famille Eyre (ph. Wikipedia)…
Brookfield Manor – devenu Vale Hall dans Jane Eyre – à Hathersage (ph. Michael Dibb, CC, https://www.geograph.org.uk/photo/5863369)
L’ancienne école de Law Hill, à Southowram près de Halifax, où Emily enseigna la musique fin 1838-début 1839 avant que Haworth ne lui manque trop (ph. Mark Anderson)
North Lees Hall, à Thornton, une des demeures qui inspira Thornfield Hall du Jane Eyre de Charlotte (ph. Wikipedia).
La propriété de Rydings à Birstall, où habitait Ellen Nussey, et qui est une autre source d’inspiration pour Thornfield Hall.
Norton Conyers, près de Ripon (ph. Wikipedia), encore une autre propriété qui aurait également inspiré Thornfield Hall.
Les ruines de Wycoller Hall, dans le Lancashire non loin du Yorkshire, devenu Ferndean Manor dans Jane Eyre, où Rochester se réfugie après l’incendie de Thornfield (ph. Wikipedia).

Voir aussi Le salon de thé Emily’s à Thornton.

Notes
(1) : C’est aussi la tuberculose qui aura raison de Branwell en septembre 1848, d’Emily en décembre 1848 et d’Anne en mai 1849. Leur père, Patrick, survivra à tous ses enfants y compris Charlotte. Dans son étude fictionnalisée The Crimes of Charlotte Brontë, l’auteur James Tully ose une thèse étonnante reliant ces derniers décès : il s’agirait d’empoisonnements perpétrés par Arthur Bell Nicholls, mari sans scrupules de Charlotte, pour étouffer différentes affaires de moeurs entourant la famille Brontë.
(2) : C’est surtout Anne qui réussira à s’épanouir dans un poste de gouvernante dans les années 1840 chez la famille Robinson, à Thorp Green Hall près de York, aujourd’hui disparu. Branwell la rejoindra début 1843 pour éduquer le jeune garçon de la famille. Il logera alors non loin, dans la Monk’s House qui existe toujours… et séduira la mère de famille, avant d’être chassé de la maison début 1845. En 1839, Anne avait vécu à Blake Hall (aujourd’hui également disparu) à Mirfield, chez les Ingham, une première expérience de gouvernante (avec des enfants insupportables – voir www.annebronte.org/2017/04/09/anne-bronte-and-the-inghams-of-mirfield). Ces deux expériences donneront naissance à son roman Agnes Grey.

Sources :
The World of the Brontë, Paul Barker et James Birdsall.
Charlotte Brontë, par Elizabeth Gaskell.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.